Les remorqueurs Thomas se diversifient en haute-mer

Les Echos – 14 Février 2013
 
PME & REGIONS LA PME A SUIVRE HAUTE-NORMANDIE

L’entreprise de remorqueurs rouennaise Thomas Services Maritimes (TSM) ne ressemble plus guère à ce qu’elle était en 1905 au moment de sa fondation. A l’époque, elle comptait un seul navire acheté d’occasion en Irlande par l’arrière-arrière-grand-père du PDG actuel, Loïc Thomas. Aujourd’hui, sa flotte en compte 14 dont 6 construits depuis 2007 et elle emploie 90 salariés. Le secteur a lui aussi changé de visage : il s’est beaucoup concentré.

TSM a racheté un à un ses concurrents. Le dernier était une filiale de l’entreprise de transport et de manutention anglaise Powell Duffryn, absorbée en 1989. « D’un seul coup, la société a doublé de taille », se souvient Loïc Thomas. L’entreprise s’est aussi retrouvée de fait en situation de monopole. Mais le dirigeant assure ne pas en profiter et jouer « la transparence » lors des négociations tarifaires. « Tous les ans, on présente nos comptes à nos clients dans l’optique de créer des liens et un équilibre sur le long terme », assure-t-il.

Quoi qu’il en soit, ce changement de dimension et d’environnement a permis à l’entreprise de disposer de la surface financière nécessaire pour poursuivre sa croissance. Avec à la clef, un beau succès remporté en 2002 après un appel d’offres européen : le marché du remorquage du port de Bordeaux. Puis ce fut au tour de celui du port de Dieppe gagné en 2009. A cette occasion, TSM lancera une étude pour développer le concept d’un remorqueur adapté aux petits ports. Cela donnera l’« Albâtre », un petit remorqueur puissant, polyvalent et très maniable qui vient d’être construit par un chantier néerlandais.

Tout en restant solidement adossé au marché du remorquage portuaire, TSM a commencé à se diversifier en 2007 dans les activités en mer : traction de barges chargées de colis lourds, assistance pour la pose de câbles sous-marins, acheminement de personnels, transport de bouées météo, d’éoliennes ou d’hydrauliennes jusqu’au lieu de leurs implantations… Cette activité ne représente encore que 10 % du chiffre d’affaires de TSM qui a doublé depuis dix ans pour s’élever à 14 millions d’euros en 2012. Mais elle est particulièrement prometteuse tant l’offshore sous toutes ses formes semble devoir être un relais de croissance pour les décennies qui viennent.

 

Effectif : 90 salariés

Chiffre d’affaires : 14 millions

Flotte : 14 remorqueurs

Correspondant au Havre Dominique Aubin
http://www.lesechos.fr/14/02/2013/LesEchos/21376-126-ECH_les-remorqueurs-thomas-se-diversifient-en-haute-mer.htm

 

© 2013 - TSM Group